Par où commencer

Publié le

Chacun arrivera avec sa propre expérience et connaissances lorsqu’il sera temps de créer son site web. Certains auront déjà expérimenté les versions de sites « gratuits » tandis que d’autres n’auront jamais eu le désir de tenter l’expérience par eux-mêmes…

Peu importe où vous en êtes sur l’échelle de l’expérience web, il est toujours intéressant d’avoir sous la main une « check list » qui aide à garder ses idées en ordre.  Pour vous accompagner dans cette première réflexion, je vous explique mon approche personnelle en décrivant les questions que je pose au début de chaque projet.

 

1. On s’adresse à qui?

C’est très important de connaître sa (ou ses) clientèle cible pour mettre en place une stratégie globale autour d’un projet de site web. Cette information primordiale servira autant à déterminer les mots à prioriser dans le contenu du site (mots clés) afin de le faire ressortir sur les résultats de recherche, qu’à dresser des liste d’idées pour rejoindre cette clientèle (stratégie réseaux sociaux, ciblée sectorielle ou grand public, « lead building » etc.).

 

2. Quels sont les besoins à combler (qu’est-ce que le site devrait faire pour vous)

Peu importe le budget dont vous disposez, il est primordial que vous connaissiez vos objectifs à court, moyen et long termes afin de déterminer outils dont vous aurez besoin pour les atteindre.

Voici quelques questions que vous pourriez vous poser:

  1. D’après le service (ou produit) que je vend (offre, fait la promotion de…), quelle(s) fonctionnalités aideraient à:
    1. Alléger ma charge de travail: que ça soit au niveau du service à la clientèle, répondre à des questions fréquentes, automatisation de rendez-vous, de réservations etc.
    2. Joindre ma clientèle idéale: identifier ses goûts, habitudes et préférences. Cela peut être fait avec l’aide de différents outils: sondages en ligne, commentaires sur le site, « rating » pour produits (vous savez, les étoiles) etc.
    3. Rapporter un revenu passif: Offrir du contenu protégé (cours en ligne, vidéos, services), faire de la vente de produits / services en ligne, de l’affiliation ou de la promotion pour d’autres marques complémentaires, de la publicité Google etc.
  2. Quelles seraient les fonctionnalités de mes rêves (admettons que tout était possible)? On ne sait jamais, peut-être qu’il existe une solution abordable à laquelle vous n’auriez jamais pensé. Dans tous les cas, il est bon d’avoir une vision à long terme qui informera des bases à établir dès le départ.
  3. Quelles fonctionnalités est-ce que ma compétition utilise? Pas pour copier, mais plutôt pour innover, et se distinguer.

 

2. Trouver le bon nom de domaine

Ça peut paraître évident mais ça ne l’est pas tant que ça. Si vous avez déjà un nom d’entreprise et que vous êtes déjà enregistré et en opération, il serait souhaitable que votre nom de domaine .com soit disponible… Dans bien des cas, il faut chercher un peu et faire des compromis (y aller avec le .ca ou le .org mais il faut faire gaffe de ne pas se tirer dans le pied).

Effectivement, cette étape gagne à être prise au sérieux parce qu’une fois que votre site sera en ligne, il va être important de le référencer un peu partout (le plus possible et aux meilleurs endroits en fait) et aussitôt qu’il est indexé, un site commence à accumuler une « notoriété » auprès des moteurs de recherche (nombre de visites, temps des visites, interactions sur le site, visiteurs qui reviennent etc.) tout ce « jus » (en termes SEO) est relié au nom de domaine, il serait donc dommage de décider de changer de nom au bout de 3-4 ans par exemple, parce que le nom avait été choisi sans trop réfléchir.

Si vous avez l’intention d’acheter un plan d’hébergement (ce qui serait normal si vous voulez créer un site internet), sachez que la plupart des hébergeurs offrent le nom de domaine gratuit avec un plan d’hébergement.

Il est donc sage de prendre un plan d’hébergement avant de réserver son nom de domaine.

Dans mon cas, j’utilise Siteground pour mes sites et j’encourage fortement mes clients à choisir cet hébergeur puisque, suite à quelques expériences rocambolesques avec différents hébergeurs (que je raconte ici), mon choix no. 1 est Siteground haut la main.

 

Recherche de nom de domaine (avec un plan d’hébergement SiteGround)

Si vous n’avez pas encore de compte d’hébergement et que vous n’êtes pas encore rendu à cette étape mais aimeriez tout simplement voir la disponibilité de différents noms de domaines, je vous conseille cet outil de recherche avec lequel vous pouvez tester toutes les combinaisons possibles.

Sachez qu’il existe maintenant des centaines de TLD (Top Level Domain: .com, .ca, .org etc) vous pourriez maintenant avoir le nom de domaine www.prestige.auto ou www.disco.bar par exemple voici la liste de tous les TLD possibles.

Si vous avez déjà un compte d’hébergement où vous pouvez ajouter un nouveau nom de domaine (ce que l’on appelle «Addon domain» et qui est généralement disponible avec la plupart des plans intermédiaires), je vous suggère fortement de jeter un oeil à Namecheap pour acheter et gérer vos multiples noms de domaines. Non seulement c’est vrai que c’est une solution pas chère mais elle n’est pas « cheap » pour autant (au sens où on l’entend au Québec); le service est rapide, courtois, 24/7/365 et l’interface est conviviale, je n’ai rien de négatif à dire sur eux, d’ailleurs c’est avec eux que je fais affaires pour l’achat/renouvellement de mes propres noms de domaines.

Trouver un nom de domaine avec Namecheap

4. Préparer son contenu

Rendus à cette étape, vous aurez pris le temps de réfléchir à votre site, à ce qu’il devra faire pour vous et vous aurez même une bonne idée des différentes « sections » qui vont former le site. Le temps sera alors venu pour créer ou commander le contenu du site. Quand on parle de contenu, il s’agit des textes, des photos et vidéos, documents pdf, logo etc.

Si vous ne vous sentez pas le talent ou l’inspiration pour écrire votre contenu, il est possible de faire affaires avec un professionnel en rédaction qui saura accomplir de la magie littéraire à partir de vos propres mots.

Pour ce qui est du contenu visuel (photos/vidéos), c’est le même principe, et si vous le désirez, je pourrai vous mettre en contact avec des professionnels qui pourront créer des chef d’œuvres visuels ou vous référer à des banques d’images « stock » si c’est plus dans votre budget.

 

5. Définir son identité visuelle

Ok, je l’admet, «identité visuelle» rime avec coûts… Mais ça rapporte. Comme on dit: « On a qu’une chance de faire une première impression ».

Pensez-y, votre logo ne risquera pas de changer de si tôt et tant qu’à faire faire un beau logo, ce qui est primordial, c’est surtout de créer « une marque » qui restera bien définie dans la tête des gens.

Bien sûr, le look d’un site sera déterminé selon des critères relatifs au type d’entreprise. Ainsi, dans le cas d’un travailleur autonome par exemple, on travaillera davantage à faire ressortir la personnalité de l’individu et ce qui le distingue de ses concurrents, ses forces etc. Tandis qu’une marque de jeans gagnera à mettre de l’avant un style de vie, à modeler son image selon le regard et les préférences de sa clientèle cible.

 

À partir des points décrits ci-dessus, il sera possible de mieux définir les besoins relatifs à chaque projet. Armé de ces réponses, vous serez davantage capitaine que simple passager dans ce navire qui compte prendre le large.